Nous avons vécu notre troisième conseil communal par vidéoconférence. Alors que nous espérions que celui-ci soit enfin rediffusé en direct sur internet, pour redonner à nos débats cette publicité élémentaire mise à mal par le confinement, le Bourgmestre nous a informé que le Collège n’a pas cherché de solution pour ce faire, car les conseiller·e·s sont tou.te.s dans leur lieu de vie privé et afin d’éviter qu’ils aient à chipoter avec leur caméra… Nous regrettons évidemment cette décision ! La démocratie et la transparence valent quand même bien quelques efforts…

Ce conseil communal était moins chargé que les précédents. Le dépôt de questions orales, interpellations ou motions par l’opposition (ou les citoyen.ne.s) n’y était toujours pas possible.

Nous nous satisfaisons d’avoir enfin des procès-verbaux de conseils communaux conformes au règlement d’ordre intérieur, et qui permettent une certaine lisibilité pour les citoyen.ne.s des décisions prises.

Nous avons dû beaucoup insister pour avoir des précisions sur l’état de réflexion et la vision du Collège en lien avec l’adhésion de notre commune dans la campagne « Commune commerce équitable ». Nous saluons et encourageons bien entendu cette initiative !

La commune débloque 250 000 euros dans le contexte COVID19 (dont 50 000 euros pour les commerçants). Nous soutenons bien entendu le fait que la commune débloque des fonds pour faire face à la présente crise et à ses conséquences. Nous nous sommes néanmoins abstenus étant donné que nous n’avons pas de vue sur l’utilisation prévue pour une partie importante du montant débloqué.

Nous avons voté des demandes de subsides régionaux, notamment pour le réaménagement de l’avenue De Brouckère, voté la convention « Inspirons le quartier » entre la commune et la Région pour soutenir le beau projet citoyen Aromati-K Wagner, approuvé la mise en place de chèques sports, approuvé le paiement de bourses scolaires dans le cadre de la clôture de la Fondation Richard Beauthier, …

Même si nos votes ont été positifs sur les modifications des statuts des intercommunales Sibelga et Interfin, nous avons encore une fois souligné qu’il est inacceptable de recevoir les documents à peine quelques heures avant le conseil communal. On ne peut pas nous demander de prendre position sur des textes que nous avons à peine eu l’occasion de découvrir.

Malheureusement, ce qui ressort encore une fois de ce conseil communal, c’est un grand problème de transparence vis-à-vis des citoyens et de considération pour l’opposition.

Share This