Pour la première fois, le conseil communal est filmé en direct et enregistré sur le site de la commune conformément au nouveau Règlement d’ordre intérieur (ROI). Une excellente nouvelle dans le cadre de la transparence que nous avons toujours souhaitée en accord avec tous les autres partis. La phase test s’est bien déroulée.

Nous regrettons que les PV des conseils communaux ne soient pas toujours assez circonstanciés dans leur contenu comme le prévoit le nouveau ROI. Nous espérons que des efforts seront faits en ce sens.

Nous avons voté pour le règlement de police commun aux 19 communes bruxelloises qui prévoit les sanctions administratives communales pour les majeurs et les mineurs. Nous avons souligné l’équilibre positif de ce règlement entre prévention, médiation avec les parents et sanction. Tout n’est pas axé sur la répression. Il existe encore des disparités entre communes bruxelloises sur l’âge auquel les mineur.e.s peuvent être sanctionné.e.s. À Ganshoren et dans la majorité des communes, c’est 16 ans alors qu’à Etterbeek, Koekelberg et Berchem-Sainte-Agathe, c’est 14 ans. Face aux inquiétudes d’une application différente selon les personnes et les lieux d’infraction, le bourgmestre a répondu que c’est la pièce d’identité qui fera foi. On regrette ce manque de cohérence au niveau du choix des communes mais cela relève de l’autonomie communale.

Une convention a été conclu entre la commune et l’ASBL “Les enfants de la vie” dans le cadre de la coopération au développement belge avec le Bénin pour aider la commune de Savalou à la gestion administrative communale. Si nous avons voté pour la participation de la commune, nous avons tenu à questionner l’opportunité d’une telle coopération et l’autonomisation des populations locales dans la prise en charge de leurs propres problèmes. Structurellement, l’aide au développement n’est pas toujours la garantie du mieux-être des populations locales.

Nous nous sommes réjoui.e.s de l’initiative des chèques commerce locaux. Une initiative favorable à la transition écologique et solidaire qui favorise l’entreprenariat local et l’artisanat, notamment la circulation de l’argent dans l’économie locale. Nous avons insisté auprès de l’échevin Stéphane Obeid sur la nécessité d’évaluer le déploiement du projet. Nous avons fait observer à l’échevin qu’une communication officielle pour annoncer en premier lieu le projet était préférable aux réseaux sociaux personnels.

Concernant le placement de caméras et de leurres pour la propreté publique : nous avons voté pour la mise en place du dispositif afin de prévenir les dépôts clandestins. Ce dispositif vient en complément de la prévention. Néanmoins, nous avons insisté sur le travail à long terme : l’éducation à l’appropriation de l’espace public dès la prime jeunesse. C’est aussi un travail d’éducation de longue haleine.

Notre conseiller Kalvin Soiresse a également posé une question sur le partenariat que le bourgmestre et l’échevin de l’enseignement ont signé avec une école en République démocratique du Congo. L’échevin a précisé qu’il s’agissait uniquement d’un partenariat et pas d’un jumelage et que cela concernait toutes les écoles de Ganshoren. Le partenariat porte sur une récolte de matériel et une aide pédagogique aux enseignant.e.s qui est toujours en réflexion. Le bourgmestre a précisé que ce partenariat n’allait pas engendrer de coût pour la commune. L’opposition a insisté pour que le conseil communal soit mis au courant de ce genre de projets avant qu’on ne le découvre dans la presse.

Une question orale de notre cheffe de groupe Marie Fontaine a été relayée sur les séances “Piscine en famille” organisées à la piscine de Ganshoren. Des problèmes de communication ont été constatés, notamment sur la mise à disposition des jeux et la communication proactive sur le tarif préférentiel aux familles. L’échevin des sports a répondu que toutes les dispositions sont prises pour que la communication soit plus efficace et plus présente. Toutes les mesures sont prises pour que les familles aient accès aux tarifs. Les couacs étant liés à des erreurs de date d’un maître-nageur. L’opération est en phase de test et le but est d’attirer une clientèle de proximité.

Nous avons acté la démission de l’échevine Sabrina Baraka de la présidence de la Maison des Jeunes. Nous avons également acté la dissolution de la Fondation Richard Beauthier dont le fonctionnement comportait beaucoup d’irrégularités juridiques. Nous avons insisté auprès du Collège pour que le service social d’attribution de bourses à des étudiant.e.s de cette Fondation puisse continuer sous une autre forme en phase avec la loi.