Ganshoren suit la vague des communes bruxelloises, et se déclare en état d’urgence climatique et écologique, et nous nous en réjouissons ! Nous nous assurerons que cela ne reste pas à l’état de déclaration d’intention, et que tout soit mis en place pour faire face au défi climatique et écologique auquel nous sommes confronté.e.s

Plusieurs points ayant trait aux finances communales étaient à l’ordre du jour. Parmi ceux-ci, la volonté de la majorité de diminuer les centimes additionnels à l’impôt des personnes physiques. Malgré l’impopularité de cette position, nous nous sommes opposé.e.s à cette baisse qui nous semble prématurée. La situation financière de la commune reste fragile, et celle-ci a besoin d’être redressée et consolidée avant d’envisager une diminution des recettes fiscales. Par ailleurs, Ganshoren doit faire face à de nombreux défis qui demandent des investissements et engagements financiers nécessaires pour le bien-être des habitant.e.s (besoins sociaux, nécessité de renforcer le service de prévention, de développer des projets pour la jeunesse et intergénérationnels, sécurisation des infrastructures routières, nécessité d’investir dans les ressources humaines communales…). Nous n’avons, bien entendu, pas d’opposition de principe à une diminution des centimes additionnels à l’impôt des personnes physiques, mais dans le contexte actuel nous n’avons pu que nous opposer à cette décision.

Kalvin Soiresse Njall a demandé à la majorité des précisions sur la façon dont les subventions communales sont accordées aux associations. La majorité nous a fait part de sa volonté de modifier un règlement confus et peu pertinent (règlement auquel nous n’avons pas eu accès). Nous espérons donc qu’une politique de soutien aux associations volontaire, équilibrée et transparente sera mise en œuvre désormais.

Nous avons salué l’adaptation des indemnités kilométriques piéton et vélo pour le personnel communal au montant exonéré d’impôt établi chaque année par l’administration fiscale fédérale.

Kalvin Soiresse Njall a interrogé le Collège sur le rôle dans le dossier de la dégradation avancée des bâtiments de l’ARG. La Commune étant responsable de la sécurité des élèves et du personnel, nous voulions savoir quelles démarches ont été entreprises par la Commune dans ses contacts avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. Aux dernières nouvelles, un terrain et des containers aménagés ont été proposés par la Commune mais la Fédération a refusé. En effet, cette dernière indique avoir une solution plus intéressante sans précision.

Bruno Kestemont a interrogé la majorité sur la sécurisation de l’avenue Marie de Hongrie pour les piétons et les cyclistes, et en particulier pour les enfants se rendant à l’école située sur cette voirie (section primaire de l’ARG), en rappelant que deux enfants ont été accidentés sur cet axe, ce qui démontre la nécessité d’agir d’urgence.

Share This