Lors du Conseil communal de Ganshoren de ce 21 décembre, la question de la transparence des mandats a été mise à l’ordre du jour par le groupe Ecolo-Groen suite aux résultats lamentables obtenus par notre commune dans le cadre de l’enquête journalistique “Brussels Papers”, qui a placé Ganshoren à la dernière place du classement des communes bruxelloises. La cheffe de groupe écologiste Christine Roy a interpellé le Collège des bourgmestre et échevins sur le manque de transparence dans notre commune et a demandé des explications concernant l’absence totale de réponse donnée par Ganshoren aux requêtes des journalistes. « Cette dernière place a donné une image désastreuse de notre commune et montre l’étendue du travail qui reste à mener. Les citoyens ont une mauvaise image du monde politique en raison de ce manque de transparence », a dénoncé la conseillère communale des verts. Christine Roy a souligné l’importance pour notre démocratie de pouvoir faire face à ce défi et de regagner la confiance des citoyens.

Le bourgmestre Robert Genard en réponse a affirmé qu’il n’y a jamais eu la volonté de manquer de transparence et que l’administration n’a pas traité la demande des journalistes en temps utile. Mr Genard a affirmé que le nécessaire sera fait afin d’améliorer la communication et le suivi accordé par l’administration aux demandes d’informations. Mr Genard a par ailleurs souligné que l’inventaire des mandats communaux est en cours et est désormais disponible sur le site internet de la commune. L’échevine et ancienne bourgmestre Michèle Carthé a quant à elle relevé la responsabilité politique du Collège concernant le suivi du travail de l’administration.

L’interpellation des verts a en tout cas fait bouger les lignes. Très peu de temps avant le début de la séance, un cadastre provisoire des mandats communaux a été publié sur le site internet de la commune, appliquant enfin les termes d’une motion votée en septembre dernier. Ecolo-Groen se réjouit de cette avancée et espère qu’il ne s’agit que d’un premier pas en vue d’un changement fondamental des pratiques politiques à Ganshoren. Les écologistes ont en effet rappelé la nécessité de mener une réflexion qui va au-delà du cadastre des mandats et qui inclut les éventuels conflits d’intérêts ainsi que l’implication des citoyennes et citoyens dans la gouvernance.

Share This